TER-LA THERAPIE EMOTIVO-RATIONNELLE

LA THERAPIE EMOTIVO-RATIONNELLE (TER) 1955

AUTEUR :

ALBERT ELLIS (AMERICAIN)

Psychologue américain très influent est considéré comme un des pères de la Thérapie Comportementale et Cognitive.

Des 1955 il sort du modèle psychanalytique pour une approche Emotivo-rationnelle avec ses patients.

Il est le fondateur du New York Institute Albert Ellis en 1959.

De nombreux psychiatres et psychologues utilisent ses techniques aujourd’hui.

APPROCHE :

Plus communément appelée la TER ou PCER (Psychothérapie Comportementale Émotionnelle Rationnelle).

Elle est très efficace pour dominer anxiétés et phobies.

Son approche est très pragmatique et rationnelle.

Elle consiste notamment à contester énergiquement ses croyances irrationnelles.

En effet, pour Albert Ellis, nos peurs, phobies et anxiétés sont les conséquences directes de nos croyances irrationnelles et de la vision sévère et exigeante que nous avons de nous-même.

La TER nous aide à tolérer un degré de frustration mais surtout d’accepter que nous ne sommes pas parfaits et que la situation n’est pas aussi grave que l’idée que l’on s’en fait.

La méthode rationalise la croyance « je devrais être comme ça » par « il serait fort préférable que je le sois, mais si je ne le suis pas c’est frustrant et très dérangeant dans cette situation, mais ça ne fait pas de moi une mauvaise personne pour autant » de manière à atténuer l’exigence et s’accepter inconditionnellement dans la situation.

Pour la TER, anxiétés peurs et phobies sont aussi une « angoisse de l’égo » :

Je dois absolument réussir à faire cela parfaitement pour ne pas passer pour un incompétent (peureux) auprès des autres sinon je ne supporterais pas la frustration engendrée par cet échec et contre toute logique ça prouvera que « mes difficultés et mes ennuis sont affreux et horribles et que je ne peux pas les supporter ni être heureux à jamais ».

Ainsi, pour ne pas avoir à tolérer cette frustration, on utilise des stratagèmes de fuite pour éviter ces situations c’est-à-dire nourrir le début d’une phobie.

Les Principes de la TER :

Schéma ABC « vous gouvernez votre destin émotionnel »

TER01

 

A => Adversité (la situation qui pose problème)

B => Pensées et Croyances (notre système de croyances)

C => Conséquence Emotive (Anxiété, dépression, peur)

Nous pensons à tort que A est la cause de C par un simple raccourci.

Mais pour une même situation qui pose problème (A) chaque personne ne ressent pas les même conséquences émotives (C)

Exemple : tout le monde ne fait pas une dépression (C) suite à la perte d’un emploi (A). La conséquence émotive (C) est « seulement » désagréable et frustrante pour 90% des cas mais aboutie à une forte anxiété voire une dépression pour les 10% restant. Pourquoi ? C’est le système de croyances (B) qui est le plus important.

 

TER02

La TER rationalise notre système de pensées et de croyances (B) pour atténuer la conséquence émotive (C).

Comment ? Elle influence le sujet à contester énergiquement ses croyances irrationnelles anxiogènes (D) pour établir une nouvelle Conséquence Émotive rationnelle (E).

TER03

La TER se focalise donc sur les différentes manières de contester ses croyances irrationnelles anxiogènes (D) par de nombreux moyens entre autres :

  • La logique
  • Le pragmatisme
  • Les affirmations rationnelles
  • La visualisation positive
  • Le modelage
  • L’analyse Couts-Avantages
  • La relaxation et la distraction cognitive
  • Le recadrage
  • L’acceptation inconditionnelle de soi et des autres
  • La visualisation / imagerie rationnelle émotive

Une fois ses croyances contestées (D), une nouvelle philosophie de pensée (E) vous permet de dominer votre anxiété dans toutes les situations connues et traitées.

TER04

ETUDE DE CAS :

Référence « Dominez votre anxiété avant qu’elle ne vous domine Albert Ellis »

Anxiété de Performance

Jasmin, un être plutôt stable et serein, est professeur de musique. Une ou deux fois par année, il devait donner un récital de violon à l’école où il enseignait, et cela le rendait exceptionnellement anxieux.

A (Adversité possible) : Jasmin était censé donner un récital un ou deux mois plus tard et, aussi bon violoniste qu’il soit, il avait une peur bleue de mal jouer devant ses propres élèves et d’être sévèrement critiqué par eux.

B (Croyances rationnelle) : « Il se pourrait que je joue mal, que je sois sévèrement critiqué et cela serait fâcheux. Mais ce ne serait pas terrible, seulement dommage et déplaisant. En outre, il se pourrait que je joue très bien et que je mérite une bonne dose de louanges. »

C (Conséquence) : un certain degré de préoccupations qui incite Jasmin à s’exercer davantage afin de bien jouer en concert.

B (croyances irrationnelles) : « Je dois absolument bien jouer en concert, sinon je me couvrirais de ridicule et ce sera terrible ! Je perdrais ma réputation en tant que professeur et je ne le supporterais pas ! Si je joue mal, cela voudra dire que je suis un mauvais violoniste, un incompétent ! ».

C (Conséquence) : une grave anxiété. Jasmin cesse de s’exercer au violon parce que cela lui rappelle qu’il pourrait mal jouer en concert et être sévèrement critiqué.

D (Il conteste ces croyances irrationnelles) :« Dois-je à tout prix bien jouer simplement pour m’attirer du respect et des éloges ? »

E (Philosophie nouvelles et efficace) : « rien ne m’oblige à jouer à la perfection à ce récital, même si ce serait préférable. »

D (Contestation) : « rira ton vraiment de moi si je joue mal ? »

E (philosophie nouvelles et efficace) : « certaines personnes rirons peut-être, mais la grande majorité des auditeurs se contentera sans doute de hocher la tête et de dire que je n’étais pas en forme ce soir-là. Si certains, ou même tous, rient de moi, pourquoi serait-ce affreux ? Ce ne le serait pas. Ce serait regrettable, mais ce n’est pas la pire catastrophe qui pourrait m’arriver dans la vie. « Affreux » signifie que ce serait si terrible que cela ne doit absolument pas arriver. Mais si cela se produit, c’est que cela doit se produire. Cela me déplaira, bien sûr. Mais je ferais mieux de ne pas « qualifier » l’incident d’affreux.

D (Contestation) : « nuirait j’ai vraiment à ma réputation de professeur si je jouais mal à ce récital ? »

E (Philosophie nouvelle efficace) : « probablement pas. Ce n’est pas par ce que je joue mal à un récital que je suis un mauvais professeur de musique. Rares sont les gens qui m’accuseraient de l’être. Même si ma réputation en souffrait passablement, pourquoi ne pourrais-je pas le supporter ? Je pourrais certainement le supporter. Je n’en mourrais pas. Il est peu probable que je serai congédié. De plus, je pourrais faire un tas d’autres choses dans la vie si l’enseignement ne me plaisait plus. »

D (contestation) : « si je jouais mal, cela voudrait-il forcément dire que je suis un violoniste pourri et un incompétent ?»

E (Philosophie nouvelles et efficace) : « non. Cela voudrait simplement dire que j’ai mal joué en concert et que je pourrais très bien me surpasser une autre fois, comme cela m’est arrivé dans le passé. Même si je jouais très mal du violon, cela ferait-t-il de moi un incompétent ? Bien sûr que non ! Le fait que je joue du violon n’a rien à voir avec mon identité personnelle. Je possède de nombreuses qualités et j’accomplis un tas de choses, certaines bien, d’autres moins bien. Par conséquent, même si je joue mal du violon, cela ne fait pas de moi une mauvaise personne de même que, si je jouais bien, cela ne ferait pas de moi une bonne personne. Dire que je suis une bonne personne ou une mauvaise personne est une sur généralisation qui ne veut rien dire au fond. Je suis quelqu’un qui accomplit de bonnes et de mauvaises choses, y compris jouer du violon très bien à certains moments et très mal à d’autres, surtout si je suis anxieux. Si je ne joue pas comme un virtuose cette fois ci, je m’exercerai davantage jouerai mieux, je l’espère, dans le futur. »

Si Jasmin suit l’ABCDE de la TER que je viens de décrire, il commencera par éprouver de l’anxiété à la perspective de donner un récital, puis se calmera et jouera sans doute assez bien le moment venu. Même s’il ne joue pas bien, il en éprouvera sans doute du regret, mais ne sera pas anxieux ni déprimé.

Pour raffermir votre contestation et vous permettre d’arriver à une nouvelle philosophie, vous pouvez élaborer des affirmations rationnelles qui vous êtes rond à repousser votre anxiété.

« Ma réputation de Professeur ne souffrira sans doute pas si je joue mal à ce récital, mais même si c’est le cas, je peux continuer d’enseigner et même de bien enseigner. »

Mon Avis :

Ce que j’aime personnellement dans son approche c’est qu’en général, les phobiques sont des personnes passionnées hyper émotives dans tous les domaines et qu’ils veulent à tout prix faire bonne figure, grâce à la TER, on peut accepter ce degré d’imperfection qui accentue notre frustration et nourri nos peurs.

Albert Ellis a également écrit un recueil de « maximes rationnelles » (plusieurs centaines) pour dominer son anxiété.

Sources bibliographiques :

  • Dominez votre anxiété avant qu’elle ne vous domine
  • La Thérapie Emotivo-Rationnelle (feat. Dr. Robert A. Harper).

Jonathan Assouline.

A voir également:

LA DESENSIBILISATION SYSTEMATIQUE

CLASSIFICATION DES PHOBIES
DEFINITION DE LA PHOBIE